Viens vivre des aventures fantastique dans la merveilleuse Académie Ethiareal.
 








 :: Etablissement
 :: Cours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant

Me protégeras-tu, toi à qui le destin m'a lié ? [PV Selene Blue]

XP & RANG : 350 • Compétent
Réputation : 03
Je suis lié.e à : Selene Blue
Appréciation : 0
Parchemins usagés : 9
Votre bijou : Un anneaux égyptien, portée autours du cou
Présence : Présent.e
Avatar : Bakura Ryou/Yami Bakura



XP & RANG : 350 • Compétent
Réputation : 03
Je suis lié.e à : Selene Blue
Appréciation : 0
Parchemins usagés : 9
Votre bijou : Un anneaux égyptien, portée autours du cou
Présence : Présent.e
Avatar : Bakura Ryou/Yami Bakura
Mer 30 Aoû - 15:18
Les couloirs de l'Académie Ethiareal. Ils étaient moins semblables à des sentiers que l'on empruntait pour aller d'un point A à un point B. Non, ils ressemblaient plus à un immense Labyrinthe. Etait-ce leurs nombres qui donnaient cette impression ? La taille de l'établissement ? Ou avaient-ils étaient créés de cette manière ? C'était une question dont la réponse se tenait très sûrement bien hors de portée du jeune homme qu'était Florence Rainsworth. A vrai dire, beaucoup de chose étaient hors de portée, pour lui. Pour quelqu'un qui passait le plus clair de son temps enfermé, de son plein gré, dans une véritable prison dorée, le monde entier semblait hors de portée. La notion même d'ami le semblait.

Cependant, pour une fois, l'adorateur de jeu qu'il était avait décidé de se détourner de ces derniers, ne serait-ce que quelques heures, et de sortir. Bien sûr, il sortait pour aller en cours, mais faisait toujours en sorte d'être le plus discret possible... Et s'il s'agissait d'un cours ou personne ne remarquerait son absence et dont il estimait ne pas avoir besoin, il lui arrivait de ne pas y aller. Cependant, il était cette fois ci sorti de son plein grès. Pour se rendre au niveau de la bibliothèque.

La raison était simple. Il avait reçu des nouvelles de son père, occupé dans ses recherches. Visiblement, il avait sorti un nouvel ouvrage, et évidemment, la bibliothèque de l'Académie fut une des premières à l'avoir en rayon. Désireux comme toujours de se rapprocher de sa seule famille, Florence était donc parti emprunter le livre. Il avait fait en sorte de faire vite, pour pouvoir rentrer le plus tôt possible. Rester le moins de temps possible dans ces lieux qui, malgré lfait qu'il soit natif d'Ethiareal, lui semblaient toujours étranger.

Cependant, le détail avec ces grands couloirs labyrinthique, c'était qu'ils étaient souvent vides, encore plus quand le soleil était sur le point de se coucher. Ainsi, il avait parfois... souvent, qu'on puisse se retrouver isolé. Tandis que le jeune homme marchait, tenant le livre fermement, il ne prêtait pas vraiment attention à ses alentours... Jusqu'à ce qu'il finisse, dans son inattention, par percuter quelqu'un.

Dans certaines histoires, il aurait percuté une jolie jeune femme, qui l'aurait pardonné, et qui serait devenu son ami. Mais ce n'était pas une histoire comme cela. C'était la cruelle réalité. Il releva son regard, pour voir la personne qui se tenait en face de lui. Personne qui venait de faire tomber par terre un mégot de cigarette. Il eut tout le temps de détailler son physique imposant, son visage aux traits durs, et qui semblait constamment transparaître un air agressif et arrogant. Des yeux marrons pour des cheveux roux. Il n'y avait aucun doute. Cette personne n'était autre que Bruce Lesper. Une... vieille connaissance.

Bruce Lesper avait un an de plus que Florence. Il était rentré à Ethiareal alors qu'il n'avait que quinze ans, il y a six ans. Dire que Bruce Lesper était un cancre était le sous-estimer. Il était bien pire que cela. Du moins, à l'époque ou Florence l'avait connu. Dorénavant, il prenait ses études... légèrement plus au sérieux. Bruce Lesper était le genre de personne qui aimait démontrer sa supériorité physique. Sa supériorité... "hiérarchique". Ainsi, lorsqu'il avait entendu, en entrant à Ethiareal, qu'il y avait un jeune garçon de quatorze ans, fils de professeur, qui se trouvait à l'Académie, il s'était mis en tête de le bousculer légèrement. Et c'était à cette époque que Florence faisait preuve de pulsions particulièrement agressive. Autant dire que les choses se sont mal terminés. Heureusement pour le jeune garçon, son père avait fait en sorte de lui éviter de gros problèmes.

Mais Florence n'était plus comme cela, et redoutait ce passé par-dessus tout. Son visage n'affichait ni de la peur, ni de l'effroi, mais bien de la terreur. Il n'attendit pas, se reculant, avant de dévier sa trajectoire... Mais une main se posa sur son épaule.

-Mais c'est le petit Florence. Alors, comment ça va depuis ? Oh, mais tu lis quelque chose, laisse-moi voir.

Il tendit sa main vers le livre. Mais à ce moment-là, pendant une demi-seconde, la terreur se changea en colère. Le livre se retrouva serré entre les deux bras de Florence, qui semblait comme le protéger, le maintenant fermement contre sa poitrine. Bruce sembla surpris, mais esquissa un sourire.

-D'accord, je toucherai pas au bouquin, si tu y tiens tellement. Mais dis-moi, il paraît que tu t'es vachement assagi avec le temps... J'avais dit pas le bouquin, c'est ça ? Ca me laisse pas beaucoup de choix, tant pis pour toi.

Il asséna alors un puissant coup de poing au jeune homme, en plein dans la mâchoire. Florence tituba en arrière, sa vision se floutant... Cela faisait mal, très mal... Mais il continuait à serre le livre contre lui. N'espérant qu'une seule chose...
Pitié, que quelqu'un vienne le sauver.

===============Académie Ethiareal===============
avatar
Joueur inconscient
Voir le profil de l'utilisateur
Florence Rainsworth
Joueur inconscient
XP & RANG : 350 • Compétent
Réputation : 03
Je suis lié.e à : Selene Blue
Appréciation : 0
Parchemins usagés : 9
Votre bijou : Un anneaux égyptien, portée autours du cou
Présence : Présent.e
Avatar : Bakura Ryou/Yami Bakura
XP & RANG : 20
Réputation : 05
Je suis lié.e à : Florence Rainsworth
Appréciation : -3
Parchemins usagés : 27
Votre bijou : Une boucle d'oreille
Présence : Présent.e
Avatar : Lacie Baskerville



XP & RANG : 20
Réputation : 05
Je suis lié.e à : Florence Rainsworth
Appréciation : -3
Parchemins usagés : 27
Votre bijou : Une boucle d'oreille
Présence : Présent.e
Avatar : Lacie Baskerville
Mer 30 Aoû - 17:32
Le soir tombait sur le haut bâtiment scolaire. Selene referma son livre, et observa les rayons rougeoyants filtrer à travers les grandes vitre de la bibliothèque. L’endroit paraissait magique. L’instant, plus encore. Les nuages, teintés de rose et de violet, se fondaient dans la masse orangée du ciel et la lumière du soleil couchant. Presque tous les soirs, depuis son arrivée à l’académie, elle regardait venir la nuit à travers les fenêtres de cette pièce. Le spectacle d’aujourd’hui se trouvait être particulièrement beau. Elle regarda les dos dorés des vieux livres s’illuminer une dernière fois avant que l’astre couchant ne soit trop bas. Elle se leva, rangea l’ouvrage qu’elle venait de lire, puis sortit de la salle.

A cette heure tardive, peu de personnes parcouraient encore les longs couloirs de l’académie. Ces instants étaient pour Selene très précieux. Jamais elle n’avait connu plus relaxant que de marcher à pas lents dans une allée déserte et silencieuse, après un bon livre et un coucher de soleil. Les derniers rayons filtraient d’ailleurs encore à travers les vitres de gauche. Elle finit par arriver dans un couloir plus large, mais plus sombre. Plus de fenêtres ici. Rien que des lumières artificielles et plus froides que ses yeux. Elle fronça les sourcils. Cet endroit jurait avec le reste de son trajet. Les murs lui semblaient plus gris, les ombres plus noires, l’ambiance plus sombre.

Elle n’accéléra pas le pas pour autant. Il en faudrait plus pour lui retirer l’état de quiétude qu’elle avait atteint ce soir. Les couloirs étaient toujours déserts, et calmes. Elle croisa une ou deux personnes, qu’elle salua de la tête. Les habitués du soir partageaient une sorte d’amitié tacite, bien que jamais encore elle ne soit allée parler à l’un d’eux. Par un crépuscule comme celui-ci, chacun cultivait sa sérénité dans sa bulle.

Soudain, cette bulle se brisa. Elle s’arrêta brusquement, à l’affut d’un bruit quelconque qui aurait pu justifier le bond de son cœur et la tension de ses muscles. Elle constata qu’elle était légèrement essoufflée. Que lui arrivait-il ? Rien autour d’elle n’avait bougé. C’était quelque chose de plus profond que ça. Elle se promit de faire toutes les recherches possibles à la bibliothèque. Se pouvait-il qu’il y ait un rapport avec sa pierre ? A moins qu’elle ne soit simplement malade ? Mais quelle maladie pouvait donner des tels sursauts sans aucun symptôme ? Elle secoua la tête et avança à nouveau, un peu plus rapidement. Plus de quiétude pour ce soir.

La tension ne redescendait pas. Soudain, elle entendit des bruits sourds à l’angle d’un couloir. Elle se dépêcha de s’y rendre et resta, pendant une fraction de seconde, interdite devant le spectacle qui s’offrait à elle.

Un homme, plutôt grand et à forte carrure, était en train de tabasser sans vergogne un garçon assez frêle aux cheveux blancs. Les battements de cœur de Selene s’accélérèrent. Je dois le sauver. Cette pensée sonnait comme une évidence. Elle eut l’impression qu’elle devait prendre plus soin de ce garçon que de sa vie, peu importe ce que cela lui couterait. Elle courut sans plus réfléchir vers l’agresseur, lui agrippa l’épaule, le forçant à faire volte-face, et lui décocha un crochet de droit du plus fort qu’elle put. Tout le sport qu’elle faisait s’avéra être efficace, et il tomba à terre sous le choc tandis qu’elle reculait. Il se releva lentement se tenant la mâchoire, puis s’essuya les lèvres.

- T’es qui, toi… ? gronda-t-il en la fixant méchamment.

- Dégage
, répliqua-t-elle d’une voix si froide de colère qu’elle ne se reconnut pas.

Il fit quelques pas vers elle, menaçant et bien décidé à prendre sa revanche.

- Dégage, ou je te tue, continua-t-elle, les poings serrés.

Les menaces de mort n’étaient pas à prendre à la légère, en particulier dans cet établissement, mais aucun témoin n’était présent à cette heure tardive.
avatar
Beauté froide et musclée
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Blue
Beauté froide et musclée
XP & RANG : 20
Réputation : 05
Je suis lié.e à : Florence Rainsworth
Appréciation : -3
Parchemins usagés : 27
Votre bijou : Une boucle d'oreille
Présence : Présent.e
Avatar : Lacie Baskerville
XP & RANG : 350 • Compétent
Réputation : 03
Je suis lié.e à : Selene Blue
Appréciation : 0
Parchemins usagés : 9
Votre bijou : Un anneaux égyptien, portée autours du cou
Présence : Présent.e
Avatar : Bakura Ryou/Yami Bakura



XP & RANG : 350 • Compétent
Réputation : 03
Je suis lié.e à : Selene Blue
Appréciation : 0
Parchemins usagés : 9
Votre bijou : Un anneaux égyptien, portée autours du cou
Présence : Présent.e
Avatar : Bakura Ryou/Yami Bakura
Jeu 7 Sep - 13:24
S'il y avait une sensation, une émotion que Florence connaissait particulièrement bien, c'était la résignation. Certains peuvent considérer la résignation comme une forme d'acceptation, de détermination. Et ce n'est pas faux. Cependant, il s'agit là d'un concept ambivalent. Celle de Florence n'était très certainement pas la résignation active de ceux faisant preuve de grande volonté. Non, il ne s'agissait là que d'une résignation passive, une acceptation des faits, tels qu'ils sont, sans espoir de les changer. Ce n'était, à ce stade là, même plus une résignation. C'était une soumission. Mais plus qu'une soumission à autrui, c'était une soumission au destin, et à toutes les cruelles situations dans lesquels il pouvait placer le jeune homme. Oui, il s'agissait de ce genre ci de résignation.

Il n'avait pas d'espoir. Bien sur, il avait pu désirait qu'on vienne le sauver, mais au fond de lui, il savait que cela n'arriverait pas. Il ne s'agissait pas là d'un espoir, mais plutôt d'une tentative de ne pas abandonner le fragment de volonté qu'il lui restait. Il désirait simplement que ce moment soit court. Qu'il puisse vite retrouver le confort du manoir familial. Il s'agissait pour lui d'une prison dorée, mais une qu'il acceptait avec joie, au sein de laquelle il se réfugiait sans hésitation. De quelque chose qui lui dérobait sa crainte et son chagrin. Alors oui, Florence Rainsworth vivait sans espoir. C'était là une émotion qui était très lointaine.

Alors dans cette situation, il n'y avait qu'une seule réaction possible de sa part. Ce n'était ni de la joie, ni du chagrin. Ce n'était même pas de la surprise, à vrai dire. Pour une raison qu'il ne comprenait pas, il n'était pas surpris. Pour Florence, la scène n'éveillait en lui que de l'incompréhension. Comme si le scénario avait été changé sans qu'il le sache, comme si le Maître du Jeu qu'on appelle le Destin lui avait envoyé un ange gardien. Ce qui ne lui aurait pas plu, après tout, il n'aimait pas qu'un scénario introduise un Deus Ex Machina. Mais cela aurait été s'il avait été dans un jeu. Mais tout cela était bien réel. Tout ce qui se passait devant lui était bien vrai. Il était vrai que Bruce Lesper venait de se prendre un violent coup, l'empêchant de martyriser le jeune homme. Il était vrai qu'une jeune femme l'avait stoppé, semblant déborder de colère. Il était aussi vrai que pour une raison étrange, la colère de la jeune femme n'effrayait pas Florence comme elle le devrait. Au contraire, cette colère semblait presque... L'apaiser.

-Arrête... Cela... Bruce...

Il fut surpris. Quelqu'un avait parlé. D'une voix incroyable discrète, étouffée même. Une voix timide, qui n'avait aucune autorité dans le ton. Une voix plus proche d'un murmure, voir d'un sanglot. Mais une voix qui semblait posséder une certaine puissance dissimulée. Une voix qui, malgré sa faiblesse, sa légèreté, semblait avoir un poids. Il ne comprenait pas qui pouvait bien avoir parlé. Ce n'était ni Bruce, ni la jeune femme... Alors, la personne qui avait parlé, c'était... Lui ? Il ne l'avait même pas remarqué...

Bruce détourna le regard vers Florence... Il semblait inquiet, peut-être la jeune femme lui avait-elle fait peur ? En tout cas, il était surpris. Oui, extrêmement surpris. Et pendant un instant, tandis que ses pensées semblaient s'égarer, de la peur apparut sur son visage... Il reprit alors un air qui se voulait confiant, avant de s'éloigner, d'un rire nerveux.

-Protégé par une fille, hein, Florence ? Tant mieux pour toi, mais laisse te dire, ma belle... Ce n'est pas un petit garçon timide. Au fond de lui, je le sais, c'est un vrai psychopathe !

Il se retourna alors, en courant, son rire raisonnant dans les couloirs. Au moment ou il disparut de son champ de vision, les jambes du jeune homme semblèrent lâcher. Le coup qui lui avait mit l'avait bien sonné, et sa faible constitution ne l'aidait clairement pas à mieux se porter. Sa respiration se faisait bien plus rapide, ses yeux étaient grand ouverts, et son regard était flou... Il ne fit alors que murmurer quelques mots...

-Que... s'est-il passé ?

Il se contentait de serrer contre lui, toujours aussi fort, le livre de son très cher père.

===============Académie Ethiareal===============
avatar
Joueur inconscient
Voir le profil de l'utilisateur
Florence Rainsworth
Joueur inconscient
XP & RANG : 350 • Compétent
Réputation : 03
Je suis lié.e à : Selene Blue
Appréciation : 0
Parchemins usagés : 9
Votre bijou : Un anneaux égyptien, portée autours du cou
Présence : Présent.e
Avatar : Bakura Ryou/Yami Bakura
XP & RANG : 20
Réputation : 05
Je suis lié.e à : Florence Rainsworth
Appréciation : -3
Parchemins usagés : 27
Votre bijou : Une boucle d'oreille
Présence : Présent.e
Avatar : Lacie Baskerville



XP & RANG : 20
Réputation : 05
Je suis lié.e à : Florence Rainsworth
Appréciation : -3
Parchemins usagés : 27
Votre bijou : Une boucle d'oreille
Présence : Présent.e
Avatar : Lacie Baskerville
Sam 16 Sep - 19:33
-Arrête... Cela... Bruce…

Le jeune homme avait parlé, d’un ton suppliant. Selene sentit ses muscles se relâcher légèrement au son de sa voix, comme si elle possédait un pouvoir apaisant. Cependant, elle ne quitta pas Bruce des yeux, puisqu’il s’appelait ainsi. Celui-ci regarda le jeune homme. Bruce tentait visiblement de s’affirmer. Mais Selene lisait dans ses yeux qu’il la craignait. Pendant un instant, il laissa même une expression de peur passer sur son visage, telle une ombre. Il avait peur ? Il pouvait. En ce moment précis, Selene avait l’impression qu’il pouvait avec raison la craindre plus que toute autre chose. Elle pouvait le tuer. Elle en était physiquement capable. Elle en avait même envie.

- Protégé par une fille, hein, Florence ? Tant mieux pour toi, mais laisse-moi te dire, ma belle... Ce n'est pas un petit garçon timide. Au fond de lui, je le sais, c'est un vrai psychopathe !

- De lui ou moi, mon grand, c’est moi que tu devrais craindre le plus, gronda-t-elle en s’avançant, d’un ton menaçant.


Il s’éloigna en riant, mais en se tenant la joue. Il tiendrait d’elle un bleu mémorable. Elle avait rencontré des gens plus ou moins dangereux dans sa vie. Bruce, malheureusement pour lui, faisait partie de ceux qu’elle ne craignait pas. Les brutes, bien souvent, étaient faciles à défaire et à neutraliser. Les brutes sans cervelle, comme lui, encore plus. Non, les plus dangereux, bien sûr, étaient ceux dont on ne se méfiait pas, qui agissaient par derrière sans rien laisser paraître. Des monstres aux âmes noires mais à la patte blanche. Elle avait appris, peu à peu, à observer les visages, à reconnaître la bête derrière le masque, ou, du moins, à se méfier des bonnes personnes.

Mais, sur le visage du jeune homme, rien de tel. Pas d’étincelle noire au fond de la rétine. Elle ne pouvait pas se l’imaginer faire du mal à quelqu’un. Bruce était dans le faux. Elle sentait qu’elle pouvait faire confiance à ce garçon aux cheveux blancs.

Ce dernier, qui tenait encore debout, s’effondra. Selene se précipita et le rattrapa avant qu’il ne touche le sol, puis le fit s’assoir contre le mur, doucement. Le corps et le cœur de la jeune femme s’étaient apaisés, sitôt la menace partie. Elle allait mieux. Ce n’était pas le cas du garçon, dont la respiration était haletante et le regard fixé dans le vague. Sur un ton très bas, il demanda ce qui s’était passé, serrant contre lui un livre.

- Tout va bien. Tu t’es pris un coup, tu es sonné, c’est normal. Tu vas vite aller mieux.

Elle lui prit la main.

- Serre ma main si tu m’entends. Je m’appelle Selene. Tout va bien. Comme t’appelles-tu ?
avatar
Beauté froide et musclée
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Blue
Beauté froide et musclée
XP & RANG : 20
Réputation : 05
Je suis lié.e à : Florence Rainsworth
Appréciation : -3
Parchemins usagés : 27
Votre bijou : Une boucle d'oreille
Présence : Présent.e
Avatar : Lacie Baskerville
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Ethiareal :: Etablissement
 :: Cours
-
Sauter vers: