Viens vivre des aventures fantastique dans la merveilleuse Académie Ethiareal.
 








 :: Personnages
 :: Archives Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant

Un asile pour deux meilleurs amis

Aller à la page : Précédent  1, 2



Jeu 20 Avr - 2:01
Invité
Je la laissais partir, un peu précipitamment sans rien dire. Je rangeais tranquillement la vaisselle pour la laver dans l'évier, me demandant bien quoi faire de ma soirée. Il était clair qu'elle m'invitait à m'entraîner avec elle, du moins, c'était l'impression que j'avais. Après tout pourquoi pas, ça me ferait du bien de me dégourdir un peu les muscles. Je grimaçais en sentant la douleur au niveau de l'épaule reprendre, ça commençait à me peser... Si seulement j'avais l'argent pour acheter les médicaments qui me permettraient d'apaiser la douleur...

Je rangeais la vaisselle après l'avoir lavée, même s'il y avait un lave-vaisselle, j'avais pris l'habitude de laver tout à la main, et puis ça économiserait de l'eau à mon hôte. Je nettoyais ensuite la table puis pris mes affaires encore dans l'entrée pour les monter dans ma chambre, il y avait désormais un matelas sur le sol. Je me mis en tenue pour pouvoir m'entraîner, juste un short ainsi qu'un t-shirt blanc puis retira le tissu qui recouvrait mon épée. Elle faisait vraiment de la peine à voir, des marques sur toute la lame, cette dernière serait incapable de couper du beurre. La poignée ne ressemblait plus à rien et il manquait un bout à la garde. Mais c'était mon épée et pour rien au monde, je la jetterais.

Je rentrais à mon tour dans la salle d'entraînement, Gae était là, en train de faire des enchaînements d'arts martiaux, j'en connaissais certain. Je me mis dans un coin de la pièce, mon épée à la main. Je pris deux longues inspirations, tenant fermement mon arme à deux mains, l'une sur la garde et l'autre tenant le pommeau puis commença à réviser mes gardes. Je passais d'une posture à l'autre avec fluidité, sans hésitation, la garde de la barrière puis celle du fou, pour passer à la garde de la clé...

- Ma cicatrice, je me la suis faite quand j'avais quatorze ans, je vivais dans les coins chauds de Dublin, là-bas, les gosses jouent avec des flingues et des couteaux depuis leurs plus tendres enfances.

Chacune de ses postures étaient tout autant efficaces pour se défendre que pour attaquer. La garde de la clé permettait des coups d'estoc rapides et dévastateurs, celle de la barrière défendait l'intégralité de mon corps et me permettait, en tournant l'épée vers l'arrière, de faire un coup descendant à la puissance considérable...

-Je me baladais tranquillement, sans rien demander à personne quand je me suis retrouvé au milieu d'une embrouille de gangs, les deux plus dangereux de la ville... Évidemment, j'ai cherché à m'éclipser, mais un de ces abrutis m'avaient repéré et avaient eu peur que j'appelle les flics, comme si j'étais assez con pour faire ça...

J'enchaînais les coups d'épée dans le vide, l'air fendu créait un sifflement aigu qui s'intensifiait au fil des minutes, je donnais des coups de plus en plus violents, m'acharnant sur un ennemi imaginaire qui mourrait à maintes et maintes reprises sous les enchainements complexes que j'effectuais :

-Il m'a tiré dessus, comme ça, d'un coup. Heureusement, ce mec s'était raté et m'a juste touché l'épaule, cette bande de lâches se sont tirés en me laissant pourrir dans une ruelle, heureusement quelqu'un est passé par là et à appelé une ambulance, et voilà.

Je terminais ce petit entrainement en mettant toute ma force dans un ultime coup descendant, les muscles de mes bras étaient tendus alors que la lame de mon épée s'approchait du sol, je l'arrêtais à quelques centimètres de celle-ci, en sueur, respirant fort pour reprendre mon souffle. Je me redressais, essuyant mon front puis massant mon épaule, la douleur irradiait dans tout mon bras et j'avais du mal à le bouger. Je m'asseyais sur un banc de travail en la regardant, je ne sais pas si elle avait regardé mes enchaînements à l'épée ou juste écouté mon histoire, mais je pensais que dans les deux cas, ça ne la laisserait pas indifférente.
avatar
Invité
Invité



Sam 22 Avr - 17:41
Invité
Gae était en train d'enchainer quelques uns de ses exercices d'art martiaux, quand il rentra dans la pièce. Elle continua, sans faire attention a lui. Elle vit qu'il attrapait son épée et commençai lui aussi a s'entrainer, mais c’est quand il commença a parler, qu'elle s’arrêta. Il était en train de lui raconter une partie de sa vie, de son histoire, alors que quelques heure avant a peine, ils ne se connaissaient même pas.

Elle se tenais debout, tandis qu'il était concentré sur ce qu'il faisait. Plus que les mots qui arrivaient a ses oreilles, c'était les mouvements de l'épée qui la touchait. Jamais elle n'avait vu quelqu'un qui savait vraiment s'en servir, et elle n'aurai jamais pensé que ça faisait cet effet la. C'était comme une danse, c'était le même sentiment de calme,d'harmonie et de sérénité qui l'envahi que quand elle s'entrainait elle-même, seulement elle ne bougeait pas.

Cette histoire faisait écho a sa propre histoire, quand étant petite elle s'enfuyait de chez elle pour visiter sa ville remplie de "voyous". Les souvenirs lui revinrent, la faisant sourire. Quand il eut fini, elle se remis précipitamment a s'entrainer ne voulant pas lui montrer l'impact que son histoire avait eu sur elle. Elle termina l'enchainement improvisé qu'elle était en train de faire et se tourna vers Jack.

C'est a ce moment la qu'elle le vit grimacer, surement a cause de son bras. Gae une une mine soucieuse:

-Ça te fait mal? Tu as besoin de quelque chose?


Elle commençait a apprécier ce Jack, il était... intéressant.
avatar
Invité
Invité



Mar 25 Avr - 23:57
Invité
Je souriais malgré la douleur, si ça me faisait mal ? Ouais, mais ça faisait cinq ans que j'avais constamment mal alors je m'y suis habitué. Je fis non de la tête, trop essoufflé pour répondre de vives voix. J'allais rapidement dans ma chambre pour fouiller mon sac à la recherche d'une pommade ainsi que d'un chiffon et d'un produit. Je les ai pris, constatant avec désespoir que le pot de pommade était presque vide puis revint dans la salle d'entraînement, commençant à me masser l'épaule en étalant la pommade sur mes cicatrices. Mes douleurs disparaissaient lentement tandis que je reprenais ma respiration :

-Pour te répondre un peu en retard, ça fait un mal de chien, mais il n'y a pas grand chose à faire. Comme ma famille n'avait pas d'argent, j'ai jamais vraiment reçu les soins nécessaires pour soigner... Ça. Je crois même qu'il me reste encore des morceaux de balle dans les muscles, ça doit expliquer pourquoi j'ai aussi mal !

Je rigolais légèrement puis grimaçai l'instant d'après, mon rire ayant malheureusement relancé la douleur. Je soupirais légèrement, repris mon épée puis commença à la nettoyer avec mon chiffon et un peu d'huile nettoyante. Je passais mon chiffon dans chaque éraflure dans la lame, sur chaque centimètre d'acier ainsi que sur la garde et la poignée, mais fallait que je me rende à l'évidence : encore un coup et elle volerait surement en éclat. Je me rappelais comment je l'avais acheté, j'avais travaillé pendant plus de deux mois en tant que docker, un sacré boulot de merde pour m'acheter cette épée. En vérité, je m'étais fait arnaquer, au bout de quelques jours et quelques coups la lame commençait déjà à tomber en morceaux, mais je m'en foutais, c'était mon épée. Je la tenais devant moi quelques instants, sans rien dire puis me tourna vers Gae pour lui demander par curiosité :

-Et toi, comment se fait-il que la fille d'un des plus grands mafieux du monde s'y connaisse autant en arts martiaux et soit armée ainsi ? J'ai vu tes enchaînements et j'étais plutôt impressionné.

Même carrément impressionné, surtout par la palette de coups qu'elle connaissait, j'avais moi-même beaucoup expérimenté tout un tas d'arts martiaux dans ma jeunesse et j'avais reconnu tout à tas de style différents dans ses coups. J'attendais sa réponse, voulant combler ma curiosité, mais je savais que j'avais tout autant de chance de me faire rembarrer.
avatar
Invité
Invité



Dim 7 Mai - 10:31
Invité
Clairement elle était impressionnée: il semblait souffrir beaucoup et pourtant il en parlait comme si ça n'était rien. D'un rapide coup d’œil elle remarqua que le pot qu'il tenait dans les mains et dans lequel il prenait sa crème était presque vide. Si il devait vivre sous son toit, elle devait faire en sorte qu'il ne lui arrive rien et qu'il ne soit blessé nulle part ou elle se sentirai responsable. Comme on ne pouvait pas retirer les douleurs du passé elle se débrouillerai pour les guérir. Elle eut un petit sourire fier.

-Hum... je pense que ma mère avait...


Elle fit une pose se rendant compte qu'elle parlait de sa mère a un étranger. Bien sur sa mère était constamment dans ses pensées nuits et jours, mais elle n'en avait encore jamais parlé a qui que ce soit, elle préférai tout garder pour elle. Elle sourit pour pas qu'il ne voit la douleur et recommença:

-Et bien... quelqu'un de ma famille, m'a donné un baume qui m'a jusqu'aujourd'hui été très utile, j'ai l'habitude de me faire mal partout. Je connais la douleur d'un lame ou d'un balle et j'ai toujours été très reconnaissante a la personne qui me l'a donné car il est très pratique. Si tu veux essayer... En tout cas il faut régler cela, si tu a mal tes performances vont baisser, et ici tu as besoin d'être au plus haut de ta forme pour te défendre.


Presque imperceptiblement, elle dit en baissant les yeux:

-Mais certaines cicatrices ne guérissent jamais...

Puis il avait posé une question qui l'avait fait rire. Elle pensait qu'il devait s'en douter non? Pourquoi elle était forte? Parce que elle était la fille d'un mafieux. Peut être aussi le fait qu'elle ne soit allée a l'école qu’un ou deux ans pouvait aider. Elle avait toujours eut des cours de combat au lieu des cours habituels des autres enfants, et elle avait aussi toujours été jalouse de la vie simple qu'ils menaient. Elle sortait très souvent de ses cours avec des bleus et en ayant mal partout, mais les entraînement avaient porté leurs fruits et voila ou elle en était.

-Je crois que tu a répondu a ta propre question: Je suis la fille d'un mafieux. Je travaille les art martiaux depuis l'age de cinq ans et j'ai reçu ma première arme a neuf ans. Je te prévient juste que ici il y a au moins une attaque par mois, ce qui est énormément inférieur au nombre d'attaques que je subissait dehors. Bref pour survivre ici il faut savoir se battre, je crois avoir pu constater que ce n'était pas un problème pour toi, mais toi comment se fait il que tu te débrouille si bien?

Il avait beau avoir était impressionné par elle, elle l'était tout autant par le maniement de son arme, mais bien sur elle ne l'aurai jamais avoué. Elle était trop fière pour cela. Elle s'était contenté de lancer un regard intéressé.
avatar
Invité
Invité



Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Ethiareal :: Personnages
 :: Archives
-
Sauter vers: