Viens vivre des aventures fantastique dans la merveilleuse Académie Ethiareal.
 








 :: Personnages
 :: Archives :: Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant

petit conseil: Ne jamais embeter un Mosc -feet Kaine




Lun 17 Avr - 14:59
Invité
Gae and Kaine


La elle était vraiment énervée. Le flingue que son père lui avait offert pointé sur la tempe du garçon elle tentait de maîtriser sa colère. Elle ne voulait pas vraiment le tuer, juste lui faire peur : très peur. Un sourire naquit sur ses lèvres tandis que ses yeux restaient aussi froid que la glace :

-Qu’as tu dit a propos de ma mère déjà ?

Le garçon qui tremblait de tout son corps ouvrir des grand yeux et secoua la tête négativement.

-Ah ? Rien ? Aurai-je mal entendu ?

Il acquiesça vigoureusement.

-Et a propos de mon père ?... Rien non plus ?

Elle lui donna un coup de pied l’arme toujours pointé sur lui, et le sourire de ses lèvres disparut rendant son visage encore plus sombre qu’il ne l’était déjà, si cela était possible.

-Tes amis t’ont laissé tout seul ? Quelle loyauté….

Elle se remémora la scène qui s’était passée quelques temps plus tôt :
Elle était tranquillement en train de s’entraîner quand un groupe de garçons l’avaient abordé.

Il lui arrivait régulièrement ce genre de choses parce que elle était une fille et « les filles ça s’entraîne pas ! Ça fait la cuisine ». Elle détestait ce genre de comportement sexiste et entre autre elle ne savait pas faire la cuisine ! (a part les omelettes… un peu cramées…)

Bref elle allait les ignorer comme elle le faisait d’habitude quand ce qui semblait être le chef du groupe s’était approché :

-Oh mais c’est qu’elle se débrouille bien la petite…

Il s’était mit a rire et les autres de son groupe avaient fait de même. Elle avait arrêté son entraînement et s’était tourné vers le chef en question.  Elle avait fermé les yeux un instant et répondu :

-Fou moi la paix ...

-Oh c’est qu’elle mordrait !

-Je t’ai dis de me foutre la paix…

-Quoi ? Tu vas faire quoi ? Tu vas aller pleurer dans les jupes de ta mère ?


Le coup était parti avant même qu’elle s’en rende compte. Le garçon avait reculé sonné et certains de ses amis (les plus prudents sûrement) étaient allé trouvé une autre occupation. Le garçon qui avait la bouche en sang lui avait lancé un regard haineux et s’était mis a l’insulter.

Mais c’est quand il avait insulté ses parents, que Gae avait arrêté de se contrôler. Elle s’était mis en mode combat automatique, et tout les amis du garçon s’était enfuis en courant.

Quand a lui il était a présent dans un sale état, et encore, elle ne lui avait rien cassé. Il lui lança un regard suppliant qu’elle dédaigna.

-Tu voulais jouer, on a joué et tu as perdu…

Elle sourit a nouveau cette fois parce que elle trouvait sa phrase plutôt stylée !
avatar
Invité
Invité



Lun 17 Avr - 22:37
Invité
- « C’est vrai qu’avec le cul que tu trimballes, n’importe qui voudrait jouer avec toi… »

Ma réponse vint de nulle part. Il faut dire que j’avais l’art d’apparaitre toujours au bon endroit et au bon moment, tel un vrai fantôme. C’était aussi pour ça que la plupart des élèves et étudiants m'kiffaient pas. Parce que j’étais rapide, insaisissable. Chiant aussi. Comme si j’avais un pouvoir d’omniprésence. Faut avouer que j’fourrais mon nez un peu partout. La preuve en était ma présence en ces lieux. « Qu’est-ce que le CPE foutait ici ? » qu’ils se demandaient parfois, dans les différents villages. Une question récurrente, mais assez conne quand on savait que j’étais aussi l'chef de la milice et que j’avais droit de regard sur les différentes activités que menaient tous les étudiants de cette cité université.

Un peu comme un commissaire de police quoi.  

Le gusse que la jeune femme tenait en joue se mit à hurler comme une tafiole. Il était sauvé, qu’il se disait. J'compris sans trop de difficultés qu’il exacerbait sa position de pauvre victime à travers son cri d’effroi qui était censé toucher voire même titiller ma corde sensible. Sauf que je l’ignorai royalement. Déjà parce que j’en avais rien à foutre de son sort, mais aussi parce que ses potes m’avaient brièvement raconté ce qui s’était passé d’où ma présence au sous-sol. Les trouver n’avait pas été difficile dans la mesure où j’avais été un insoumis dans ma jeunesse. L’un des pires de l’histoire. Aaaah ! Nostalgie quand tu nous tiens ! A travers un sourire un peu carnassier, j'dévoilai ma dentition effrayante.

- « Et ? Pourquoi tu tires pas, gamine ? T’as les chocottes ? Il le mérite pourtant, non ? »

A mesure que j'causais à l’adolescente -en passe de devenir une véritable beauté, il fallait le reconnaitre-, je m’avançai vers eux en ricanant. J’avais cette expression un peu narquoise, exagérée par mes mains fourées dans mes poches et la clope coincée aux commissures de mes lèvres. Bien longtemps que j’étais pas tombé sur une scène aussi insolite et amusante ! Ça me changeait des petites bagarres de pucelles que je devais gérer au quotidien. Du pain béni pour le CPE que j’étais : « C’est quand même la fierté de tes parents en jeu hein ! » Comme un profond connard et un enfoiré de première, j’étais en train de remuer le couteau dans la plaie, histoire d'voir ce qu’elle allait faire avec son joujou.

- « Ou bien, c’est un faux, ce pistolet ? Du bluff p’être ? En auquel cas, tu pourrais réagir, gamin… »

Ma fin de phrase fut adressée au gamin qui pissait l’sang et qui semblait faire dans son froc. Sérieux… Les p’tits du coin n’étaient pas dignes d’être des insoumis. De notre temps, c’était bien plus intéressant, bien plus trash, bien plus violent. Cette époque me manquait presque. La preuve que j’m’étais vraiment assagi. J’finis donc par avoir un petit rire non sans passer une main dans ma chevelure en bataille. J’devais pas jouer comme ça, mais c’était toujours plus marrant. Et puis, le périmètre dans lequel j’étais me permettrais d’intervenir si jamais ça devait vraiment dégénérer. ‘fin, le plus important, c’est que la lueur dans le regard du gosse changea du tout au tout. Elle passa de cette d’une victime à celle d’un animal blessé.

Si bien qu’un high kick s’en suivit. Un coup net et violent qui visait la tempe de la gamine.

Le tout s’était joué en quelques centièmes de secondes.

Comment allait-elle réagir ?
avatar
Invité
Invité



Lun 17 Avr - 23:18
Invité
La première pensée qu’il lui vint quand elle vit le CPE se mêler de ses affaires ce fut: “Quel emmerdeur!” Elle ne l’aimait décidément pas. Il n’avait aucun sens moral. Elle était tranquillement en train de s’amuser un peu, de faire joujou avec un petit chieur et il venait de lui gâcher son plaisir.

Au début, elle pensa qu’il s’amusait juste avec elle, puis elle compris au dernier moment que ses paroles avait un impact sur une autre personne, quelqu’un dangereusement proche d’elle. Elle évita de justesse le coup qui lui était destiné, et se retrouva en face du garçon qui tentait de l’attaquer. Elle fit une roulade pour récupérer la dague qui était caché dans sa chaussure et la mis dans sa manche discrètement.

-Tu veux vraiment jouer a ça? Tu sais ce qu’il t’es arrivé la première fois!

Elle désigna alors tout les endroit ou elle l’avait frappé, et ou se trouvaient blessures et bleus. Elle eu un sourire carnassier, ne se concentrant que sur le garçon, elle oublia qu’elle avait un spectateur. Après une suite d’enchaînement d’art martiaux, elle était sur son adversaire et l’immobilisait, sa dague posé sur sa nuque.

-Pense tu que ce soit un fausse celle la?

Elle entailla légèrement le cou de son adversaire, puis tranquillement elle se leva, regaina sa dague et le regarda.

-Allez zou, file! Et ne t’avise plus d’embêter les filles qui s’entraînent: c’est les plus dangereuses.

Elle lui fit un grand sourire pendant qu’il détallait comme un lapin. Enfin elle se souvint de son visiteur indésirable et se tourna vers lui.

-Monsieur le CPE! Comment allez vous?

Son ton était mielleux, et son regard plein de haine.

-Puis-je vous aider pour quelque chose?

Elle lui fit un sourire faux. Elle rangea sa dague dans sa chaussure gauche mais garda son pistolet a la main. Elle savait très bien que les armes était interdites, mais elle ne se séparerai de ce cadeau de son père pour rien au monde.

-Ceci, dit elle en pointant l’arme, n’est pas une arme.

Elle fit une regard innocent

-Comme vous l’avez dit vous même, c’est un faux. Je ne suis donc pas en effraction et vous ne pouvez pas me le confisquer.

Elle tira sur le CPE pour prouver ses paroles. En vérité, elle n’y mettait pas de balles quand elle allait en entraînement pour éviter tout accidents, elle fut soulagé de l’avoir fait aujourd’hui aussi. Les balles étaient bien cachées quelque part dans ses vêtements.

Elle savait qu’elle n’allait pas s’en tirer comme ça mais elle avait peut être sauvé son gun.
avatar
Invité
Invité



Mar 18 Avr - 12:31
Invité
- « J’aime les pétasses de ton genre. Qui ont un beau cul. Qui savent cogner et qu’ont pas froid aux yeux ! »

J’eus alors un rire gras en me tenant l’bide. Un bon rire des familles quoi ! Elle était p’être violente, mais sans doute pas conne et elle avait dû capter que ma réaction en soi n’était pas une pure moquerie ; même si j’avais toutes les raisons du monde d’me foutre de sa gueule. Pis j’avais pas vraiment mytho sur le coup : Cette gosse, j’la kiffais bien. Elle avait un tempérament qui m’plaisait bien et faisait honneur au groupe dans lequel on l’avait intégré. J’oubliais pas non plus son corps. Sans être celui d’une grosse pétasse qu’on enculerait bien volontiers, elle avait son lot de joliesse et ses formes sans être exagérées, allaient bien avec le tout. Bonnet C, cuisses pleines, cul rebondi… Pas mal. J’essayai même de l’imaginer dans deux ou trois ans, quelque chose comme ça : Une vraie bombe en devenir.

- « Si tu veux savoir comment j’vais, j’te dirais qu’une chose : Fort bien ! »

Et c’est l’air de rien que je m’approchai un peu plus d’la gamine qui se tenait devant moi sans ciller une seule fois. C’est sûr qu’elle avait du cran comparé à la psychologue que j’terrorisais pour un rien. L’italienne était plutôt p’tite de taille, mais l’apparence était trompeuse. Elle était forte. L’une des plus fortes du groupe. Si j’devais la comparer à quelqu’un, j’dirais qu’elle valait carrément Jack. Un autre fils de pute qu’était pas mal non plus dans son genre. Les têtes d’affiche du coin. De véritables petites terreurs. « J’dirais rien pour ta lame que tu penses que j’ai pas vu… » J’lui assenai la phrase d’un coup, comme ça, sans prévenir, sourire aux lèvres. Elle avait pensé qu’elle avait été plus maligne que moi, mais ce qu’elle oubliait, c’est que j’avais été jeune et que des conneries, j’en avais également fait.

- « Par contre, pour c’que tu m’pointes là… »

Sans qu’elle ne puisse réagir à temps, j’lui avais piqué l’arme, avant d’la jauger comme un pro : Le verdict fut sans appel. J’étais en présence d’un vrai gun. Bien trop lourd et bien trop réaliste pour qu’on parle d’un jouet. J’le tournai et retournai dans tous les sens avant de sourire : « Beretta. Un classique italien. Pas mal, hé. » Et sans qu’elle puisse y faire grand-chose, j’fourrai l’arme dans mon pantalon non sans lui faire un clin d’œil cette fois-ci moqueur : « J’me barre avec ton jouet. Tu pourras p’être le récupérer un jour… Enfin… T’auras le cul pété après, sans doute… » C’était pas un sous-entendu. Elle allait devoir payer d’son boule si elle voulait revoir son jouet. ‘Fin, ça c’est ce que j’voulais lui faire croire. J’versais pas dans la pédophilie moi. Elle était pas majeure.

- « Ciao ! »

Et là, j’lui donnai dos avant d’me commencer à m’en aller comme si de rien n’était.

Inutile de pousser la provoc' plus loin, héhé.
avatar
Invité
Invité



Mar 18 Avr - 18:21
Invité
Il la dégouttai plus que tout avec se commentaires pervers. Quand il dit ses premières phrases elle se retint de se jeter sur lui. Elle savait qu'il la provoquait et qu'elle ne devais pas réagir, sous peine de se faire encore plus embêter, mais le problème était celui la: Ça n'était pas son style de pas réagir. Elle ne pouvait pas s'en empêcher! Elle serra les poings et lui lança un regard sombre.Le genre de regard qui dit: La tempête arrive et tu ferai bien de ne pas être sur le chemin. Tout de manière il était de dos et ne pouvait pas la voir.

Quand il avait attrapé son arme avant qu'elle ai eu le temps de réagir, elle avait senti la colère l'envahir. Ce... monstre, qui posait ses sales pattes sur le cadeau de son père! Chaque année elle en avait un, c'était celui qu'elle avait eu pour ses sept ans.Depuis elle ne l'avais jamais quitté, elle en avait un autre sur elle. Un, bien plus important, son père venait de lui offrir, mais c'était auparavant celui de sa mère. Elle imagina l'éventualité de l'utiliser, mais elle ne pouvait pas risquer de le perdre, encore moins celui la.

Quand il avait attrapé son arme et l'avait gardé, faisant une fois de plus un commentaire sarcastique, elle avait senti le désespoir la gagner. Les larmes lui étaient monté aux yeux. Cela faisait dix ans, que cette arme était près d'elle et la protégeait de tout les danger. Elle ne la perdrait pas, pour rien au monde. Dut elle en mourir. Tandis qu'il commençait a repartir elle lui lança:

-Toi! Je te haie!


La haine brillait dans ses yeux, lui donnant un souffle nouveau, elle ne jouait plus. Elle se concentrait sur toutes les possiblité qu'elle avait pour récupérer son arme. Et elle en avait trouvé une, dangereuse, très difficile a réaliser, mais elle devait tenter le tout pour le tout. les mots qu'elle avait dit n'étaient pas sans but.

Après avoir dit cela, elle couru le plus vite possible et silencieusement, plus proche de son adversaire. Elle n'était pas sure d’être de taille contre lui, il était grand, plus musclé qu'elle, et rapide. Elle avait pu le constater quand il avait pris son arme.

Contre lui elle devais utiliser sa ruse, sa discrétion et sa rapidité. Elle avait utilisé une technique ancienne. Faire croire a son ennemis qu'on était a un endroit et se trouver a un autre.

Elle était tout près de lui mais il était de dos. Elle retint sa respiration et approcha tout doucement la main vers l'objet qui lui appartenait pour le récupérer...
avatar
Invité
Invité



Mar 18 Avr - 22:34
Invité
Et elle le récupéra. Seulement…

- « T’es vraiment culottée, toi. »

J’avais pivoté sur une jambe de sorte à pouvoir m’retourner à temps et saisir l’poignet coupable. Elle devait vraiment tenir à son joujou pour vouloir m’défier d’la sorte. Parce que ouais, j’considérais son geste comme un défi face à l’autorité que j’représentais. Si j’l’avais pas du tout senti m’approcher dans un premier temps -bien que j’me doutais qu’elle allait tenter quelque chose-, j’avais perçu l’objet bouger d’ma ceinture ce qui m’avait fait réagir par réflexe. La voilà donc qui avait été chopé en flagrant délit et qui ne pouvait plus rien faire. Même que j’lui écrasais presque l’poignet, le tout sous un sourire amusé, presque sadique. Toujours. Et il y avait de quoi vu ce qu’il y avait en jeu…

- « Déjà, rends-moi ça… »

Sans aucune pression, j’récupérai l’arme de sa main avant de le ranger cette fois-ci à l’intérieur d’mon manteau et non plus au niveau d’la ceinture d’mon jeans. Puis j’la tirai d’un coup sec pour la plaquer contre moi. Elle pouvait voir mon sourire gras et moqueur d’bien plus près. L’occasion pour moi d’mieux la narguer et exacerber le sentiment d’impuissance qu’elle devait ressentir avec force. Ici, c’était moi le chef et personne d’autre. Insoumis ou pas, tous devaient se plier à certaines règles ! Oh… Elle pouvait certainement répliquer, mais une espèce de frustration devait sans doute la clouer sur place : Déjà parce que j’avais son arme fétiche, mais aussi parce qu’elle savait que j’étais fort.

- « On va s'amuser toi et moi, tiens. T'as plus qu'un seul choix possible : Essayer d’me mettre K.O ! Si tu gagnes, il va sans dire que j’vais te rendre ton jouet et oublier l’impolitesse dont t’as fait preuve tout à l’heure… »

V’là ! Les dés étaient jetés. En attendant de voir si elle allait relever le défi que j'venais d'lui lancer,  j'la repoussai brutalement non sans lui foutre un coup de poing bien senti en plein dans l’bide. La p’tite chose qu’elle était recula de quelques pas sous l'effet de mon attaque. J’avais dosé le coup et l’effet avait du être moindre vu ses abdos, mais c’était plus pour lui montrer l’étendue d’ma force que d’lui faire mal. Des punchs comme ça, elle avait dû en recevoir pas mal dans sa vie ! J’me redressai ensuite et j’croisai les bras en attendant sa réponse. L’gros dilemme qui s’imposait à elle n’était qu’un test. Si elle décidait d’me défier, j’reconnaitrais sa valeur et lui rendrais son arme peu importe l’issue du duel…

Si elle venait à faire l’choix d’la facilité, soit de se défiler et de s'enfuir, elle ne reverrait plus jamais son précieux…

C'était aussi simple que ça.
avatar
Invité
Invité



Mer 19 Avr - 14:16
Invité
Elle l'avait eu! Elle l'avait attrapé et tenu a nouveau dans ses mains!

C'est a se moment la qu'il s'était retourné et avait attrapé son poignet. Il avait récupéré l'arme de sa main. Elle resta figée. Comme cloué sur plage par une force incroyable, appelée le désespoir.

Elle ne pouvais pas le battre, elle n'y arriverai jamais en l'attaquant comme ça, il ne respectait aucunes règles. Elle baissa la tête, observant les ombres qui se profilaient a leurs pied. Si seulement son niveau n'était pas aussi médiocre! Mais elle ne pouvais pas abandonner et elle n'abandonnerai jamais.

C'est a ce moment la qu'il lui proposa un duel. C'était peu être un jeu pour lui mais ça avait cessé de l’être pour elle au moment ou son arme avait été hors de sa portée.

Elle recula de quelques pas sous l'impact du coup de poing qu'il lui avait donné. Ce coup n'était pas destiné a lui faire mal, il était trop contrôlé pour cela. Il était surtout destinée a lui faire peur.

Il lui avait annoncé qu'elle n'avait qu'un seul choix, mais en vérité elle en avait deux. Si elle tentait de le battre ça ne serai pas un léger coup de poing qu'elle recevrai, elle avait le choix. Elle se retourna pour ne pas qu'il voit a quel point elle était fatiguée. Elle commença a s'éloigner tête baissée. Sa réponse était évidente.


Elle n’abandonnerai jamais!

L'adrénaline qu l'avait envahi était en train de retomber, et elle tenta de ne pas tomber de fatigue après avoir passé la nuit a s'entrainer, puis avoir combattu le gamin et cette lutte non-physique avec le CPE.

Elle ferma les yeux un instant et se retourna une lueur de combativité dans les yeux. Qu'elle que soit l'issue, elle ne serai pas déçu d'elle même, au moins elle avait essayé! Elle se mit en position de combat et fit signe a l'adulte de l'attaquer.
avatar
Invité
Invité



Jeu 20 Avr - 23:55
Invité
J’eus un gros sourire. L’genre qui en disait long. L’genre qui montrait clairement que plus l’temps passait et plus et plus j’m’amusais bien. Une autre personne aurait abandonné, décampé, oublié l’arme. Mais non. Pas elle. D’une part, j’étais à 100% sur qu’elle l’estimait vraiment c’petit gadget et d’autre part, j’pouvais constater qu’elle avait des couilles, au sens figuré bien entendu. C’était une bonne insoumise. Elle faisait « honneur » à sa manière. J’devais pas la féliciter vu mon poste actuel, mais en tant qu’ancien du même groupe, j’devais avouer que ça m’faisait plaisir. Halala, j’devrais avoir vraiment honte d’moi là. M’enfin, puisqu’elle m’défait, y’avait pas d’raisons d’refuser, non ?

- « J’arrive gamine ! »

On pourrait croire que j’allais courir vers elle sur l’champ, mais non. Plutôt que d’foncer direct vers elle, j’marchai comme si de rien était en sa direction. Soudain, j’fis sortir le gun que j’lui avais confisqué, avant d’le balancer à sa gueule, comme un véritable connard. Etant donné que c’était un bien précieux pour elle, la jeune femme ne put que faire attention à l’réceptionner comme il faut. Elle n’allait pas laisser tomber un cadeau de son père au risque que celui-ci s’abime. C’était la logique même des choses. Sauf que j’profitai de cette action pour réduire la distance entre nous en quelques pas rapides, puis j’lui enfonçai mon poing dans l’bide. Cette fois là, il fut percutant !

- « Dans un combat, faut s’attendre à tout, idiote ! »

Nous n’étions pas dans un monde d’bisounours. Les combats à la loyale, ça n’existait que dans les compétitions officielles et dans les centres d’entrainements. La loi d’la rue, c’était autre chose. Celle du monde souterrain également. Et pour une meuf qui venait d’une famille mafieuse -j’connaissais bien son dossier-, elle devait en avoir conscience ou être habituée. Mon poing au niveau du bide lui fit plier l’échine et mon genou rencontra sa bouille avec fracas avant qu’elle ne tombe sur ses fesses et son dos. Là-dessus, j’me mis à rire, à passer une main dans ma chevelure que j’arrangeai légèrement, non sans reculer histoire qu’elle me chope pas l’tibia et m’le brise comme Jack l’avait déjà fait !

- « Relève-toi, gamine. J’suis sûr que tu vaux bien mieux que ça ! Et n’pense pas à fuir parce que t’as récupérée ton jouet ! »

Sinon, j’le récupèrerai à jamais. Foi de CPE qui s’respecte, héhé !
avatar
Invité
Invité



Sam 22 Avr - 23:55
Invité
Quand Gae lui fit signe de s'approcher il eut un grand sourire.  Il avança tranquillement et lui lança son arme. Par réflexe, Gae attrapa sans réfléchir la précieuse chose, et avant qu'elle ait pu s'en rendre compte son ventre fut percuté violemment par le poing du CPE. Elle ressenti une douleur horrible, et tomba au sol. Elle n'en pouvait plus.

Elle était allongée la par terre avec son arme serrée contre elle, mais elle ne voulais plus se lever, elle avait déja mal partout. Son nez la faisait souffrir atrocement, et elle avait un goût désagréable de sang dans la bouche. Elle toucha son nez et la douleur déferla dans toute sa tête: elle en conclu qu'il devait être cassé ou sérieusement endommagé. Elle commença a faire le bilan de tout ce qui la faisait souffrir et se rendit compte qu'il ne restait que très peu de choses.

Même son honneur était a vif, elle n'avait jamais perdu contre quiconque jusque la! Elle abandonnait. Alors que l'autre lui ordonnait presque de se relever, elle relâcha tout ses muscles et murmura tout doucement:

-J'abandonne.


Elle s’apprêta a répéter plus fort car il n'avait sûrement pas entendu.Mais on dit que c'est dans les moment ou on croit tout perdu que les miracle arrivent. C'est donc a ce moment la qu'elle l'entendis. La voix. Elle lui parlait, l'encourageant a se relever. Gae pencha la tête vers le sol murmura tout bas:

-A quoi ça me servirai, je vais me faire massacrer!

-Tu prouvera que tu es courageuse
-Et si je ne veux plus être courageuse?
-Ton père sera fier de toi.
-...
-Ta mère aussi...

Ce fut la phrase qui lui redonna courage. Elle espéra qu'il ne l'avait pas entendu, il la prendrai pour une folle. Elle leva la tête un lueur de défi dans les yeux. Elle passa la main sur son coup, souffla sur une mèche qui était devant ses yeux et se releva. Enfin elle attaqua.

Ses attaques étaient rapides et précises, mais la raison pour laquelle elle le touchait parfois, est qu'elle utilisait toute son énergie a cela. Elle était concentrée totalement et complètement a le toucher le plus possible, oubliant ainsi tout le reste. Elle fit un enchaînement d'art martiaux fit une feinte d'un coté et en profita pour lui mettre un coup de pied dans le visage par l'autre coté. Elle continua a virevolter tentant de se faire toucher le moins possible.
avatar
Invité
Invité



Mer 10 Mai - 21:39
Invité
Comment ne pas l’entendre alors que nous étions si proches ? En soit, je n’avais pas pu décortiquer toutes ses phrases, mais j’avais capté qu’elle se causait à elle-même à un moment donné. Pour autant, j’pouvais pas la considérer comme une folle ou plutôt j’avais pas envie. L’académie était en soi un truc de fou ! Regrouper des êtres dotés d’pouvoirs, c’était limite comme X-men. Chacun avait des pouvoirs surnaturels dont l’origine jusque lors m’échappait encore un peu. Comme quoi, on pouvait être haut placé et n’pas tout savoir. Faut dire aussi que l’dirlo était assez mystérieux dans son genre. Et l’plus fort, incontestablement. L’genre d’gars qui pourrait dominer le monde si l’envie lui prenait…

- « Ooooh ! »

Mais il y avait plus important. Comme la gamine qui s’était ravisée et qui était venue m’attaquer sans aucune peur. Marrant. Alors qu’elle enchainait des attaques tout en exécutant les feintes qui allaient avec pour n’pas essuyer d’contre-attaque, moi j’bougeais pas. J’encaissais sans broncher. Dire que ça faisait mal n’serait pas du tout exagérer la chose. L’avait beau être une meuf, une gamine pas encore majeure qu’elle cognait fort et dur. Elle connaissait la vie la gamine. Elle était pas aussi trash que l’autre gamin qui m’avait brisé l’tibia un jour, mais elle était assez balèze pour que j’ressente la puissance de ses attaques qui me firent saigner impitoyablement, surtout au niveau de deux parties :

Mon arcade sourcilière qu’elle avait ouverte et une lèvre qu’elle avait pétée…

- « Tu cognes plutôt bien pour une gamine, mais… »

Mais voilà, j’avais connu pire. Gae était p’être une insoumise, mais elle avait encore des états d’âmes et pas qu’un peu. Normal après tout. Elle restait une gamine, somme toute. J’étais prêt à parier qu’elle avait jamais eu d’petits copains. Bon, en même temps, vu le caractère, ça m’étonnait pas… Mais peu importe. « Va faire dodo gamine ! » Plusieurs coups, c’est bien beau, mais un seul totalement ravageur et quand il est bien placé, ça fait généralement mouche. C’est fort de cette conviction que j’lui avais décoché un punch magistral au niveau du bide et ce alors qu’elle amorçait un repli après m’avoir enflammé la tempe d’un kick. Mon attaque la fit voler encore plus loin que d’habitude.

Un coup bien violent qui devrait la calmer pour de bon pour ce soir. Bien longtemps qu’elle avait atteint ses limites de toute façon.
avatar
Invité
Invité



Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Ethiareal :: Personnages
 :: Archives :: Rp
-
Sauter vers: