Viens vivre des aventures fantastique dans la merveilleuse Académie Ethiareal.
 








 :: Personnages
 :: Archives Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant

Encore et toujours des problèmes... [PV Kaine]




Mar 18 Avr - 3:37
Invité
J'étais en train de marcher tranquillement dans l'une des allées de la fac de science pour me rendre au théâtre pour l'une de mes répétitions, c'était le début de l'année alors pas grand chose était en place en terme de mise à scène, mais on s'amusait déjà pas mal... Enfin, la moitié de la classe ne pouvait pas me blairer, mais je m'amusais quand même. Je marchais la tête basse, la capuche relevée, écoutant de la musique sur un téléphone à l'écran cassé et une moitié d'écouteurs, comme d'habitude. Et comme d'habitude, je marchais au milieu de l'allée, les gens me laissaient passer en général, n'osant pas me déranger en me demandant de me décaler, qu'il est bon de faire un mètre 90 parfois...

Pourtant, cette matinée se passa autrement puisqu'un homme me bouscula violemment, repoussant mon épaule gauche ce qui me fit grimacer et presque crier de douleur... Il n'en fallait pas plus pour m'énerver, je retirais ma capuche ainsi que mes écouteurs, me retourna d'un coup pour faire face à la personne qui m'avait bousculée. C'était un jeune étudiant comme moi, peut-être un peu plus agé, avec une dégaine de fashion victim qui agressai mes yeux. Il était accompagné d'une troupe d'abrutis qui avaient le même sourire débile sur le visage. Je m'approchais tranquillement du chef du groupe, qui était obligé de lever la tête pour me regarder dans les yeux, un sourire narquois aux lèvres :

-Excuse-toi, maintenant.

-Hoo... Je t'ai bousculé mon pauvre, qu'est-ce que tu vas faire tout seul contre ma bande ?

Cette bande de veaux se mit à rire à cette menace pitoyable. Je serrais légèrement le poing avant de le relâcher et de sourire à mon tour, il ne fallait pas que je cède à la violence, pas encore... J'allais encore avoir des problèmes sinon... Je me contentais de me retourner pour repartir lorsque les rires s'intensifièrent. Plusieurs moqueries fusèrent dans mon dos, calme... Restez calme... Restez...

L'instant d'après mon poing ravagé le sourire provocateur du chef de bande au style douteux. Il s'écroula au sol en se tenant la mâchoire, vu le bruit sinistre qu'avait provoquait mon coup, j'avais sûrement brisé un os ou deux, oups... Ces amis vinrent à son chevet alors qu'il était en train de chialer, putain que c'était bon de lui avoir fait ravaler ses dents à celui-là... Je dégustais ce moment avec joie lorsque je vis en face de moi, un visage qui m'était tristement connu... Le CPE, Mr Nagumo, se tenait en face de moi, ho merde...

J'avais déjà eu affaire à lui dans une histoire similaire, j'avais mis la misère à un mec qui s'était foutu de ma gueule, donc je connaissais les méthodes de ce CPE... Et je n'avais pas envie de les expérimenter de nouveau. Sans attendre une seconde de plus, je fis demi-tour et me mis à courir le plus vite possible, je ne connaissais pas encore très bien les lieux alors je me contentais d'aller tout droit le plus vite, espérant me mettre rapidement à l'abri.
avatar
Invité
Invité



Mar 18 Avr - 11:50
Invité
- « Encore un p’tit con qui a pas retenu la leçon… »

On aurait pu croire que j’avais une mine sévère en disant ça, mais non. Juste une gueule amusée du tout au tout. C’était marrant de voir ces petits verser facilement dans la violence. Ça me rappelait ma jeunesse en fait. J’étais pareil il y a quinze piges de cela. Même moins. J’pouvais me targuer de m’être assagi, parce qu’avant, j’étais trash. Très trash. Le mec qui distribuait des pains n’importe comment et n’importe où. Mais j’avais eu à un moment donné la chance d’avoir une personne qui avait réussi à me recadrer. Certes avec beaucoup de violence également, mais n’empêche qu’elle avait réussi. De ce fait, je me devais de faire pareil tout bêtement. Et j’y prenais beaucoup de plaisir aussi. C’était malsain, mais c’était comme ça. Chassez le naturel et il revient au galop qu’on dit…

- « C’est qu’il court vite le gamin ! »

Là, je me caquetai presque. Le voir filer comme ça me rendait presque tout puissant. C’était un peu puéril, mais ça avait le don de flatter mon égo et surtout, de me faire marrer. C’était aussi la preuve que je faisais mon taf correctement, n’en déplaise à certaines personnes. Un gamin qui savait qu’il avait raison ne piquerait pas pareil sprint. S’il s’enfuyait, c’est qu’il avait bien quelque chose à se reprocher. Le quelque chose était sous mon nez d’ailleurs. Sa victime avait été salement amochée. Si mon visage compatissait presque, je devais avouer que j’étais assez fier du gamin intérieurement. Et ça, c’était mon sang d’ex-insoumis qui me le dictait presque. Les générations passaient mais se ressemblaient plus ou moins. La mienne avait été l’une des plus capricieuses et l’une des plus violentes.

Rien à voir avec la génération actuelle, bien qu’elle avait son lot de petits vicieux comme Jack ou même Asteria.

Mais alors que le Jack se croyait hors de portée, un poing sortit de nulle part et vint fracasser sa gueule. Il se retrouva à terre sans comprendre pourquoi ni comment. Je préfère le dire tout de suite. Ce n’était pas moi et je n’avais pas usé d’un pouvoir quelconque. C’est juste qu’un surveillant qui se trouvait dans les parages avait arrêté sa course. C’est d’ailleurs pour ça que je ne l’avais pas coursé. Pourquoi se fatiguer quand on a des subalternes à disposition ? C’était ça que d’être le chef d’un groupe. On n’avait pas à se taper tout le boulot. Juste à donner des ordres, à encadrer et à recadrer quand c’était nécessaire ; même si je ne niais pas que je préférais le boulot du terrain à la tonne de paperasse qui m’attendait à mon bureau. J’étais pas vraiment fan des dossiers. C’était d’un chiant…

- « Alors mon p’tit Jack… Comme ça, on me fuit… »

Le timbre de ma voix ne devait rien lui dire qui vaille à mesure que je me rapprochai de l’endroit où il était encore à terre. Le surveillant qui l’avait tapé le maintenait au sol tandis que je m’avançais vers eux les mains dans les poches, sourire carnassier aux lèvres. Une fois à ses côtés, j’fis signe au surveillant qui le lâcha et qui prit le chemin inverse pour aller s’occuper du blessé et de son groupe. Moi pendant ce temps, j’avais enfoncé violemment mon pied dans son bide et je l’écrasai comme on le ferait avec un mégot de cigarette : « Pour un étudiant en théâtre, j’dois avouer que t’es balèze, héhéhé ! Mais t’as l’air d’avoir un défaut de mémoire. T’es sûr que c’est ta voie ? » Ma voix est railleuse. Pour être un bon acteur, faut une bonne mémoire. Sauf que lui, il avait vraiment tendance à m’oublier…

- « Et donc ? Qu’est-ce que t’as à me dire pour ta défense p’tit con ? »

Que lui avais-je demandé. Tout en continuant de piétiner impitoyablement son ventre.
avatar
Invité
Invité



Mar 18 Avr - 17:44
Invité
Bordel, j'avais manqué d'attention, évidemment que cet enfoiré avait une armée de chiens qui lui obéissaient au doigt et à l'œil, et l'un d'entre eux vient de me péter le nez au détour d'une allée, comment il savait que j'allais passer par là cet enfoiré ? Le surveillant me maintenait au sol, je ne me débattais pas, pas besoin, il fallait surtout que je réfléchisse à comment me sortir de ce bordel... Tant qu'ils étaient deux, j'étais totalement désavantagé, fallait que j'attende l'occasion d'être seul avec l'autre connard de CPE ou avec le surveillant, ce serait plus simple.

-Alors mon p'tit Jack.... Comme ça, on me fuit...

-C'est surtout ta sale gueule que je fuis

Et évidemment, l'instant d'après, je me retrouvais avec un pied profondément enfoncé dans mon ventre... Tout l'air fut expulsé de mes poumons tandis qu'il appuyait de toutes ses forces sur mon ventre... Heureusement que j'avais l'habitude de bosser mes abdos et que je m'étais pris des centaines de coups dans l'abdomen, sinon je pense que j'aurais pu me mettre à hurler de douleur sous le poids et la force de l'autre grand taré. Ce dernier fit une remarque sur mes études ce qui me fit sourire :

-Tu manies le sarcasme aussi bien que ta vie, un vrai désastre... Ce que j'ai à dire pour ma défense ? Que le gars n'avait qu'à s'excuser et il ne lui serait rien arrivé...

Je donnais l'impression d'être à l'aise, mais je n'en menais pas large, la pression exercée sur mon ventre commençait sérieusement à me faire souffrir et je savais que ce n'était que le début des emmerdes si je m'en sortais pas rapidement... J'avais un atout qui me permettrait de m'en sortir, mais ce n'était peut-être pas le bon moment de m'en servir, je risquais vraiment d'avoir de gros problèmes... Ce qui était déjà le cas, après tout, est-ce que j'ai grand chose à perdre... Pendant toute la durée de la discussion, j'avais instinctivement attrapé les pieds de ce cher Kaine, tentant de le repousser mollement... Je le regardais dans son œil valide en souriant :

-Si je puis je permettre, vous êtes un poil trop orgueuilleux si vous pensez qu'il était si simple de m'attraper.

L'instant d'après, j'attrapais solidement son tibia à deux mains, l'un en haut de l'os, et l'autre en bas. L'instant d'après, mon pouvoir fit effet, mes deux mains furent repoussés sur les côtés avec une force inouïe m'arrachant presque les bras au passage et me faisait hurler de douleur, mais le résultat était là, j'entendis un craquement sinistre, la pression exerçait par mon pouvoir fût assez puissante pour briser le Tibia du CPE en deux, sans demander mon reste, je me relevais difficilement, n'étant plus sous l'emprise du pied de mon tortionnaire, et me mis à marcher vivement pour m'éloigner de ce gros taré.
avatar
Invité
Invité



Mar 18 Avr - 21:27
Invité
Z’imaginez pas tout le sang-froid dont j’dus faire preuve pour pas gueuler comme un chien. Par contre…

- « LEN ! QU’EST-CE QUE TU ATTENDS ?! RAMÈNE TA TRONCHE ICI TOUT DE SUITE !!! »

J’avais férocement rugi comme un lion avant que le surveillant qui s’occupait du gamin blessé n’accoure vers moi. Pendant qu’il arrivait, j’avais serré les dents et retroussé mon pantalon pour lui montrer mon tibia touché. Ce sale fils de pute m’avait bien eu ! Franchement, j’l’avais pas vu venir. Et dire qu’il était aussi rapide ! A croire que je l’avais sous-estimé. Alors que les larmes me montaient aux yeux, le surveillant positionna ses paumes sur mon tibia qui dégagèrent aussitôt une lueur bleutée. Le pouvoir de Len était simple : Il guérissait les blessures causées par la magie. En quelques secondes seulement donc, mon tibia se ressouda comme il faut. Un don béni, sérieusement ! Il me sauvait la mise sur ce coup-là ! Et lorsque la douleur disparut, j’me levai rageusement, les yeux tous rouges.

L’humiliation avait été trop grande. Il allait payer. Il allait payer ce gros bâtard.

C’est donc sans attendre que j’me mis à lui courir après comme un dératé. Étant donné qu’il devait être encore un novice, l’emploi de son pouvoir avait dû avoir un sacré contrecoup. On était tous passé par là plus ou moins. Je le vis alors de loin, avant de sourire comme un gros enfoiré. C’est qu’il était rapide le bougre ! J’aurai pu gueuler son nom et le sommer de s’arrêter, mais j’étais certain qu’il n’allait pas m’écouter. Faut dire que cette fois-ci, le dossier était bien gras : Coups et blessures, insultes, refus d’obtempérer… Un vrai insoumis, ma foi ! Si j’étais presque fier de lui et que j’affichais un sourire, preuve que j’étais véritablement un gros taré, je ne lui pardonnais pas son culot. Il devait payer ce chien ! C’est donc animé par un besoin de vengeance très puissant que j’finis par l’rattraper et par sauter sur lui !

- « La partie est terminée, gamin ! »

Après l’avoir écrasé de tout mon poids, j’me redressai, le retournai, me posai violemment sur son ventre comme si c’était normal, avant de lui assener une droite bien sentie en pleine tronche. Puis une autre. Puis une troisième. La quatrième lui péta complètement une lèvre tandis qu’un sourire sadique se dessina sur mes lèvres. Et ça continua ainsi pendant une bonne poignée de secondes jusqu’à ce que mes poings soient maculés de son sang. Bien entendu, il avait voulu réagir, mais j’avais été sur le qui-vive cette fois. On m’avait pas deux fois avec le même genre de procédé. J’aurai pu continuer jusqu’à ce qu’il crève la gueule ouverte, mais deux autres surveillants vinrent m’arrêter et me hisser du ventre du pauvre gamin qui était méconnaissable. Il avait le visage ensanglanté et des bosses un peu partout…

- « Toi… Tu vas nous suivre bien gentiment et répondre de tes actes… Sinon j’te jure que tu feras pas long feu sur cette terre. »

Un partout. Balle au centre.
avatar
Invité
Invité



Mer 19 Avr - 23:31
Invité
Bordel, là j'étais vraiment dans la merde... Je souriais malgré mes blessures, je restais allongé sur le sol sans rien dire ni faire, regardant le ciel bleu, d'un bleu parfait... Je sentais l'herbe sous moi, elle était fraiche et faisait du bien à mon corps endolori. Rapidement, je passais ma langue derrière chacune de mes dents... Hmm, aucune cassée, il semblerait. Je crachai alors le sang qui avait coulé dans ma bouche, ha si, une dent de cassé... Je passais ma langue dans le trou de ma dentition, heureusement que ce n'était pas une des dents de devant, j'aurais eu l'air malin sinon... Je respirais difficilement, soulevant mon ventre à chaque inspiration, accentuant encore plus la douleur, mais je n'étais plus à ça près.

Je regardais vers le CPE avec un mépris visible de tous, on dirait à chien enragé, les surveillants faisant office de laisse pour qu'il ne s'en prenne pas de nouveau à moi. Je voyais ses poings recouverts de sang, de mon sang. Plusieurs gouttes de ce liquide vinrent couler le long de mon menton pour tomber sur ma veste lorsque je me redressais pour m'asseoir, je passais ma main sur mon visage, grimaçant quand je touchais un hématome ou une coupure. Lorsque je regardais ma main, cette dernière était toute rouge, j'allais finir par crever par manque de sang à ce rythme... Je me relevais doucement, je n'avais toujours pas ouvert la bouche, ce n'est pas comme si je pouvais dire grand chose avec l'état actuel de ma mâchoire de toute façon.

Une fois debout, je regardais ce cher CPE avec le même dédain, le même mépris puis me dirigea vers l'un de ses subalternes, j'avais la gorge enrouée et je ne pouvais pas parler très fort, je chuchotais donc à l'un des surveillants :

-Je vais à l'infirmerie avant de perdre mon dernier litre de sang, si vous voulez m'accompagner pour être sûr que je ne m'enfuis pas...

J'en avais marre de fuir de toute façon, je voulais juste aller me faire soigner puis répondre à l'interrogatoire de l'autre taré histoire d'en finir avec tout ça... Dire que je voulais juste aller en cours à la base, me voilà bien embêté. C'pas avec mes blessures que je vais inspirer confiance aux autres élèves de ma classe... Je me mis à marcher vers le complexe médical, j'y étais déjà allé à plusieurs reprises. J'avais toujours autant de mal à respirer, tout mon corps était fatigué par le manque d'air et l'utilisation de mon pouvoir. Ma vue était brouillée par les coups reçus et le sang, j'avais fermé l'un de mes yeux, l'autre me permettait à peine de voir... Bref, je me dirigeais vers le complexe médical, le CPE et ses chiens m'entourant, peut-être voudraient-ils m'interroger sur le trajet.
avatar
Invité
Invité



Ven 21 Avr - 3:23
Invité
Un gros coup sur la tête du gamin fut inévitable !

- « Genre, tu me nargues ! P’tit con va ! »

On n’la faisait pas à moi. Ça m’horripilait de voir que l’gusse m’ignorait et m’prenait de haut. C’était con mais c’était comme ça. Faut croire que j’avais gardé un côté canaille quelque part. J’allai jusqu’à l’retenir par l’col de son vêtement pour qu’il ne continue pas à marcher ou à m’ignorer. C’était pas à mes subordonnés qu’il devait dire ou demander quoique ce soit, mais à moi et à moi seul. J’étais pas « le maitre incontesté » du bahut, mais ma parole faisait office de loi après celle du directeur. C’était ça que d’avoir des hautes responsabilités –dont j’en profitais un peu parfois, il fallait l’avouer.

- « En fait, j’viens d’avoir une idée ! »

Ma main serra sa prise, autrement dit le col que j’tenais. Aucune raison d’le lâcher. D’ailleurs, un croc-en-jambe s’en suivit avant qu’il ne tombe une nouvelle fois au sol. Mes gars furent sur le qui-vive et se dirigèrent déjà vers moi, mais j’leur fis signe qu’ils n’avaient rien à craindre, que j’pèterais pas les plombs. Mine de rien, j’perdais p’être le contrôle quelques fois, mais j’arrivais à m’arrêter quand il le fallait. Au dernier moment comme on dit. J’eus finalement un soupir, puis j’passai une main dans ma chevelure. C’est pas l’envie qui manquait d’le tabasser, mais j’allais devoir doser.

Par contre, on allait pas aller à l’infirmerie. Pas tout d’suite. C’était pas du tout urgent, mais vraiment.

- « Si t’as les couilles d’me briser un tibia, c’est que tu peux survivre à de simples coups. L’infirmerie attendra. »

C’était pas question d’méchanceté. Juste que j’savais qu’il était assez dur et qu’il frisait pas l’anémie. Et puis, s’il avait assez d’force pour m’tenir tête, s’lever et même marcher, c’est qu’il n’y avait rien à craindre. De ce fait, j’fis signe à la plupart des surveillants d’se disperser dans la zone. Nous n’avions pas besoin d’cortège pareil. Ce serait lui faire honneur. J’imaginais déjà les râgots sur mon tibia brisé et l’monde qu’il aura fallu pour essayer de gérer l’tout. Cet enfoiré allait plus s’sentir pisser j’vous jure ! D’quoi augmenter sa putain d’réput et d’charmer certaines insoumises. Équation logique.

- « Pourquoi t’as fait l’con ? »

Manière de dire que l’interrogatoire commençait ici, en plein air. Et Jack n’avait pas le choix. Il devait parler.
avatar
Invité
Invité



Lun 24 Avr - 21:48
Invité
Et pour l'énième fois, je finissais de nouveau allongé sur le sol, ça en devenait presque comique ! Aucun son ne sortit de ma bouche lorsque mon dos rencontra le sol, j'eus juste un petit sourire d'amusement devant le ridicule de la scène. Ce que je désirais avant tout, c'était trouver quelqu'un qu'aurait pu arrêter se taré avant qu'il me défigure a vie, mais bon, en regardant son visage je constatais qu'il s'était calmé, c'était déjà ça de gagner. De simples coups, il se foutait de ma gueule ? Et puis, c'est lui qu'est venu chercher la merde bordel, je réglais juste son compte à un petit con... J'avais l'impression que je l'avais blessé dans son égo le CPE, cette pensée me fit sourire un peu plus, il va croire que je me fous encore de sa gueule si ça continue...

Et pourtant, sa question termina de me faire rigoler, au point où mes douleurs au ventre me reprirent de manière fulgurante. Je me redressai pour m'asseoir et pour pouvoir lui répondre, un léger sourire flottant toujours sur mon visage, c'était tellement putain de comique :

-Vaste question s'il en est... Pourquoi j'ai fait le con ? Parce que l'autre petit enfoiré m'a emmerdé alors je l'ai remis à sa place et sinon pour vous, parce que je connais vos méthodes et je n'avais pas tellement envie de finir à l'hosto' mais bon, c'est raté de toute évidence.

Je crachais de nouveau du sang sur le sol, cette fois-ci aucune dent n'accompagnait mon crachat. J'avais remarqué que je passais du vouvoiement au tutoiement dépendant du niveau de risque de m'en prendre une, plutôt intéressant. Je regardais autour de moi, les surveillants dispersaient les élèves qui avaient assisté à la scène, je voyais certains Insoumis qui semblaient avoir une folle envie de foutre le bordel en venant m'aider, je fis un petit signe de tête négatif lorsque je croisais leurs regards, j'allais juste avoir encore plus de problèmes, autant éviter.

Je n'y avais pas vraiment pensé jusqu'ici, mais c'est vrai que j'avais fait un sacré coup d'éclat, péter la jambe du CPE devant tout le monde, ce n'est pas donné à tout le monde... Comme si j'en avais quelque chose à foutre de la notoriété, on va juste plus m'emmerder quoi. Enfin, je saurais peut-être enfin ça fait quoi d'être le mec connu qui sait. Je me re concentrais sur le CPE qui semblait toujours attendre la suite de ma réponse :

-Il n'y a pas vraiment de sens à ce que j'ai fait, j'ai agi par instinct, vous avez d'autres questions ?
avatar
Invité
Invité



Ven 5 Mai - 13:28
Invité
- « Par instinct qu’il dit… »

S’il y avait bien un truc qui m’gênait avec ce p’tit merdeux d’mes deux, c’était bien son comportement. Il était bien trop semblable au mien quand j’avais son âge. Il était impulsif, il avait pas froid aux yeux et il bravait l’autorité comme il le pouvait. Un vrai insoumis. M’revoir en lui m’faisait un peu honte en vrai au regard d’mon poste actuel. J’crachais pas sur mon passé et j’assumais clairement c’que j’avais pu faire auparavant, mais c’est pas comme si j’m’en vantais non plus ou que j’le criais sur tous les toits, déjà que ma réputation parlait pour moi. La nuance se situait à c’niveau. Par contre, j’eus un vague sourire en repensant à sa mention sur mes fameuses méthodes. A croire que j’étais un vrai monstre…

- « C’est pas comme si mes méthodes t’endurcissaient pas quand on y pense. Plus tu subis et plus tu deviens un dur. Un homme ! Un vrai ! Quoique tu dois être encore puceau, non ? »

J’eus un p’tit rire en mentionnant c’fait. S’il avait la gueule du parfait bad boy et tombeur d’ces donzelles trop peu avisées, j’le voyais pas en gros queutard. J’le voyais déjà venir avec ses grands sabots en répliquant que tout l’monde n’était pas comme moi ou que j’avais un p’tit zgeg comme tout bon asiatique qui s’respecte, sauf que ça n’allait m’faire ni chaud, ni froid. J’avais insulté tellement d’insultes et d’critiques que j’étais devenu presque imperméable à ce genre d’attaques, d’piques. Par contre, m’briser un tibia, c’est autre chose, sérieux. Si j’avais pensé être plus trash que c’gosse, j’m’étais fourré  l’doigt dans l’œil et ce jusqu’au coude. J’m’étais déjà battu contre l’ancien CPE mais d’là à utiliser mon pouvoir contre lui…

- « Briser mon pied peut te valoir une exclusion définitive, abruti… »

J’avais beau être un enfoiré d’première et l’garant d’la sécurité du coin qu’il n’en demeurait pas moins que j’avais tout d’même de l’affection pour tous les insoumis. Y’avait pas vraiment d’exception en réalité et ce malgré toutes les conneries qu’ils pouvaient faire. M’faire un coup d’pute comme me casser l’tibia par exemple. Après, il apparaissait clair que c’garçon était un p’tit merdeux à rééduquer et j’allais m’faire un plaisir à l’faire : « Si tu m’présentes des excuses et que tu fais pareil avec l’autre p’tit con qui t’a provoqué, j’passe l’éponge. » A sa place, j’l’aurai fait. Même auprès d’sa première victime. Quitte à la récupérer plus tard, loin des regards pour lui foutre la misère encore une fois.
avatar
Invité
Invité
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Ethiareal :: Personnages
 :: Archives
-
Sauter vers: