Viens vivre des aventures fantastique dans la merveilleuse Académie Ethiareal.
 








 :: Personnages
 :: Archives :: Rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant

❝ pity comes too late - turn around and face your fate ❞ pv Kaine }*100%

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3



Dim 23 Avr - 19:07
Invité
avatar
Invité
Invité



Dim 23 Avr - 22:38
Invité

       
pity comes too late - turn around and face your fate
Inévitable.

C’était inévitable. J’aurai préféré qu’elle n’soit pas là. Ou qu’elle n’ait rien entendu. Ou que l’message n’soit pas passé. Quand j’y pense, c’était p’être lui qui avait appelé sur la ligne. Sans aucun doute. Et si j’avais été plus rapide, j’aurai sans doute pu l’entendre d’vive voix, en discuter et cacher la vérité à Shéhérazade d’sorte à c’que notre soirée s’passe pour l’mieux. Mais là, trop tard. Tous nos efforts avaient été réduits à néant en un seul message. Tous ! Devais-je pour autant en vouloir au directeur ? Non. Ce n’était pas d’sa faute. L’contrat que j’avais signé pour devenir le CPE stipulait qu’il pouvait m’solliciter à n’importe quel moment même en congés. Aussi parce que j’n’avais pas seulement que ce rôle-là. J’étais aussi chef d’la milice et c’était beaucoup. Milice qu’on comparait à des « traqueurs ». Milice qui faisait régner l’ordre et s’occupait du « nettoyage et des basses besognes ». Métier à la fois important et ingrat qui m’salissait les mains. Métier qui pouvait sans aucun doute rebuter la jeune femme que j’avais presque ramassé à la p’tite cuillère, les dents serrés et l’visage froissé. Car la voir dans cet état m’faisait mal. Horriblement mal. Voilà bien une question plus qu’importante et à laquelle j’n’avais pas réfléchi quand j’y pense…

Mon métier était-il susceptible d’venir à bout d’notre couple ?

J’aurai pu lui causer, mais elle était déjà dans les vapes vraisemblablement. C’était con. Mais ça prouvait aussi à quel point elle avait bon cœur et qu’elle tenait à ce garçon malgré ce qui l’avait pu lui faire subir. Il y avait aussi la conscience professionnelle. L’côté pro d’la chose. Elle se sentait clairement inutile, pas compétente et c’était quelque chose que j’avais déjà expérimenté par l’passé lors d’mes premiers mois en tant que CPE. Mais la vie était ainsi faite, surtout à Ethiareal. Nous n’étions malheureusement pas dans un monde doux, dans un monde d’bisounours et l’sang pouvait vite couler pour un oui et pour un non. J’exagérais un peu la chose, bien entendu mais à partir du moment où on parle d’pouvoirs surnaturels, plus rien n’est vraiment normal. J’eus un soupir. C’était d’un chiant tout ça. J’aurai parfois préféré être normal, avoir un boulot normal et pouvoir rendre Shéhé heureuse d’façon normale. Là, j’avais un gros doute qui s’insinuait dans mon cœur et mon esprit. Un faible aurait déjà commencé à chialer. J’étais légèrement abattu, mais pas à ce point-là. Et puis j’en vins à m’dire que les obstacles étaient le lot quotidien des gens anormaux comme nous. Qu’à deux, nous allions p’être avoir la force d’les surmonter c’que j’espérais véritablement.

- « Shéhé… »

Après l’avoir débarrassé d’son peignoir, j’l’avais posé sur le lit et j’avais fait en sorte d’adopter une pose qui lui permettrait d’respirer convenablement. Puis j’avais bien entendu appliqué un p’tit massage cardiaque avec du bouche à bouche à l’appui. En moins d’une minute, Shéhé revint doucement à elle. Soupir d’soulagement. Les  cours d’secourisme que j’avais pu suivre portaient leurs fruits. J’attendis que sa respiration redevienne plus ou moins régulière pour la prendre dans mes bras et nous recouvrir d’la couette. Nous étions nus, collés-serrés l’un contre l’autre. J’avais posé sa tête contre mon torse et j’caressais ses cheveux en lui murmurant des mots doux et réconfortants. « Ce n’est pas de ta faute, Shéhé. » Cette phrase revenait constamment. J’savais qu’elle était une tête d’mule et qu’elle n’le verrait pas tout d’suite d’cette façon, mais je n’avais pas vraiment les mots. D’une certaine façon et quand bien même j’n’aimais pas du tout l’petit anglais, j’considérais que cette décision était cruelle. Cruelle mais logique. Aucun centre n’pourrait l’traiter normalement et il avait sans doute atteint un point d’non-retour. Une sorte d’folie des grandeurs. Le laisser sortir d’cette académie mettrait en péril la sécurité d’bon nombre d’humains.

- « C’est ma faute… Je l’faisais surveiller mais j’ai réagi trop tard. Bien trop tard. Et du coup, j’dois en payer les conséquences. C’est pas à toi d’accuser l’coup. »

D’ma position, j’pouvais voir l’relief d’ses courbes sous la couette, mais aucune érection dans les parages. Rien. Zéro. J’étais pas insensible à sa beauté, mais l’moment ne s’y prêtait pas du tout. Quand la tête n’suivait pas, l’corps pouvait n’pas répondre aussi. L’excitation était aussi très cérébrale chez moi. J’appliquai des baisers sur son front tout en la serrant plus ou moins fort contre moi. J’étais là pour elle, même si je n’avais pas les mots parce que j’étais moi-même dépassé par l’affaire. « Tu es une formidable psychologue, Domeny. Pense à tous ceux que tu as aidés. Ceux-là ne comptent pas pour du beurre, bébé. » J’étais là pour elle. J’n’étais p’être pas bien, mais celle qui était l’plus mal, c’était elle. J’me devais donc d’être d’un réconfort pour elle. D’être son pilier. La décision du directeur était un mal nécessaire et une dure réalité d’notre société un peu à l’écart du monde. Pour autant, il était hors d’question pour moi de débattre du bien fondé d’cette décision avec elle. J’étais certain quelque part que la libanaise l’savait. Qu’elle comprenait. Mais qu’elle ne l’acceptait toujours pas. Shéhérazade était bonne. Gentille, avec son âme bon enfant. C’en était presque à s’demander pourquoi et comment avait-elle fini psy…

- « Je t’aime… Et j’serais toujours là pour toi. Toujours. »

       

       
avatar
Invité
Invité



Lun 24 Avr - 0:24
Invité
avatar
Invité
Invité



Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Ethiareal :: Personnages
 :: Archives :: Rp
-
Sauter vers: